L’enjeu Humain : le véritable levier du changement

, le

Suite de la journée portes ouvertes de la durabilité organisée par Eco LEARN, début 2024.

L’angle mort de la santé mentale lié à la transition

 

Catherine Puiseux, a montré la concomitance entre les dégâts climatiques et l’impact sur la vie sociale et affective pour les populations impactées. Sans aller très loin, les récentes inondations dans le Pas-de-Calais, illustrent les épreuves physiques et morales subies par les victimes des conséquences du dérèglement climatique.

Et elle a souligné l’absence actuellement du traitement des sujets de la santé physique et mentale liés à ces enjeux de la transition.

 

Re-considérer les parties prenantes internes

Pour elle, une attention accrue envers les collaborateurs, souvent peu entendus, est impérative. De même qu’une plus grande diversité des profils est à introduire dans la gouvernance et les directions générales. 

Les représentants du personnel et les organisations syndicales ne sont pas à négliger. D’autant que la loi l’oblige. Ils sont appelés à sortir du traditionnel « bras de fer » syndicat/patron pour devenir des partenaires valorisés, aux recommandations mieux prises en compte.

De nouveaux collectifs (cf Les Ecotafeurs) émergent au sein des collaborateurs qui doivent être entendus en tant que partie prenante interne pertinente.

 

 

Mutation prévisible des métiers RH

Les métiers de l’humain sont clé dans l’accompagnement des changements. Jusqu’à présent, leurs approches ont été centrées sur la « compliance », notamment la sécurité et la qualité de vie au travail… Il est symptomatique de constater le manque d’intégration des sujets de RSE dans la rédaction des fiches de poste, encore aujourd’hui.

Ces Garants des Richesses Humaines des entreprises devront intégrer et accompagner la mutation RSE qui va impacter toutes les fonctions et modifier en profondeur les interactions sociales.

Attentes de plus de sens, d’engagement, d’intéressement financier, les sujets sont multiples et inter-dépendants…

 

 Le challenge : former les dirigeants !

Pour les dirigeants, l’enjeu humain se traduit par une conversion individuelle souvent d’ordre émotionnel avec une temporalité personnelle allant du flash à une prise de conscience progressive. La problématique de la temporalité exige des dirigeants qu’ils prennent le temps de s’ouvrir et de se former. Plutôt que de devoir choisir entre Profit et Utilité,

Jean François Vié de Trajectives recommande plutôt de cultiver ces 2 polarités en les considérant non plus comme des dualités, mais comme des aspects complémentaires.

Il est essentiel d’introduire le temps long dans la réflexion et de se former pour communiquer de manière pertinente avec les collaborateurs. Cela nécessite une confrontation courageuse et des efforts significatifs pour sortir du cadre établi, remettant par exemple en question le dogme de la croissance. (Cf. le podcast Ping sur Nexans : Révolutionner le leadership dans une entreprise cotée avec Christopher Guerin)

Assumer le rôle politique de l’entreprise au sein de la cité et de la société

La pression monte sur les dirigeants, confrontés à une équation complexe. Ils doivent intégrer l’intérêt général dans leur stratégie de développement, envisager de redistribuer croissance, valeur et profits. Et progressivement, ils sont appelés à embrasser le rôle politique de leur organisation, jusque-là soigneusement évité.

Être observateur n’est plus suffisant ; il est temps pour eux de participer, d’accompagner la compréhension, de passer à l’action et d’entrer dans l’arène de la transition écologique !

 

Si ces leviers RH sont absolument stratégiques, ils s’inscrivent dans un pas de temps long d’au moins une génération (aujourd’hui estimée autour de 15 ans) pour changer les conditionnements managériaux et faire advenir des entreprises apprenantes et régénératives !

À suivre donc…

 

Valérie SENE

Valsendo : Construisez une feuille de route RSE, impactante, fédératrice et terr

Laisser un commentaire