J’ai fait le Zénith, dimanche !

, le

Comment ça s’est passé ?

C’est passé vite ! Arrivée à 13h, je découvre l’Entrée des Artistes.  Dans les coulisses sombres, je croise des groupes mouvants de personnes qui s’affairent… Rapidement, Charlotte me repère  et m’emmène dans la loge 8-9 : « Tu seras en seconde de partie ! Et tu auras juste la possibilité de dire une phrase, si tu veux »

Je croise Solenn élancée et solaire, pendue à son téléphone. Je reconnais le visage de quelques femmes croisées lors d’un jeudi de préparation : Nadalette, Elisabeth, Carole, Clémentine...

Même dimensionné a 2 500 places le Zénith reste impressionnant !

Je crains la foire d’empoigne de 100 participantes voulant absolument leur instant de gloire et de lumière mais l’équipe d’Eklore a judicieusement ajusté le conducteur de l’événement :  50 femmes en première partie, 50 sur la seconde.

Solenn au plus juste….

Sa posture de régulatrice de séance est impressionnante : sa voix ne trahit aucune appréhension, elle modère à travers ses improvisations joyeuses, ses déplacements souples et ses attentions vigilantes à chacune. Son intention authentique, reste haute sur le cadre, basse sur le contenu qui jaillit en direct sur scène…

L’enjeu de la libération du Féminin sacré

La premiere partie plutôt intimiste est intense. Les témoignages et prestations artistiques se succèdent … Avec en point d’orgue, la puissance créatrice de Noémie : « La langue française désigne le veuf ou l’orphelin, elle n’a pas trouvé de nom pour le parent qui perd son enfant... » Le regard croisé des grandes religions monothéistes est interpellant sur la place du féminin. L’urgence d’évoluer sur le sujet aussi bien dans le récit que dans les pratiques est prégnant.  Libération du Féminin Sacré comme levier de transformation du Monde ?

Elle envoie, cette Fille !

La prestation de Colette pour mobiliser tout le monde sur les réseaux sociaux ajoute une note décalée et drôle. Vraiment, « Elle envoie, cette Fille ! » Énergique, affûtée, c’est un pilier  précieux d’Eklore. Comme  Ryadh, que je vois peu mais dont le nom  est évoqué à plusieurs reprises. Solenn avait partagé avec moi l’enjeu de sa place, dans le mouvement. Elle a le don rare de repérer les talents (c’est son job, faut dire 😉) Mais elle sait aussi les mobiliser en tirant de chacun le meilleur au bénéfice de tous !

A l’entracte, je retrouve Gaëlle et Isabelle. Je suis attentive à leur retour. Elles sont enthousiastes : « J’étais sans attente particulière, donc tout me va ! » dit Gaëlle. Et Isabelle d’ajouter : « Moi je n’ai pas su décrire à mes amis l’événement : c’est pas un spectacle mais il y aura quand même des gens sur scène, ce n’est pas une marche, mais c’est le mouvement, Eklore ! Non, ce n’est pas une secte mais oui, c’est militant… » Bref, pas facile à définir…

Faire sa part et PRENDRE sa part !

La seconde partie est plus centrée sur l’action. Je suis sur scène. La tension est palpable et il faut une bonne dose de courage à certaines pour monter dans la lumière, au micro : Marie me confie n’en avoir pas dormi de la nuit… Je m’avance dans les premières, pour témoigner de mon engagement à l’Avarap : « une association qui remet debout des cadres jetés à terre par le marché de travail »…

Tiphaine explose le timing mais son appel vibrant à faire sa part et à prendre sa part fait écho. Puissance de la voie d’Anne Flore, engagement grande échelle pour les autres, et surprise présidentielle de Charlotte, en final !

Pour une Humanité debout sur ses 2 pieds !

Solenn appelle les bénévoles à la rejoindre sur scène. Je me rends compte de leur nombre et reste admirative de leur engagement discret et efficace   Ils sont  le capital vivant et prometteur  du Mouvement Eklore : gratitude

Comme Isa, j’aurais du mal à m’endormir : je revois des scènes des visages … je n’arrive pas à bien démêler ce que « j’achète » et ce qui « frotte » : too much, trop militant, clivant.. Oui mais aussi nécessaire …

Allez, on continue, d’une façon ou d’une je veux en être pour remettre l’humanité debout, à marcher vraiment sur ses 2 pieds 🦶 !

2 réflexions au sujet de “J’ai fait le Zénith, dimanche !”

  1. Ça fait (très) plaisir et chaud au cœur de lire ce compte-rendu. Mais je me dis qu’il n’aurait jamais du exister… si le respect et la considération de l’autre avait guider l’humanité depuis la nuit des temps. Merci à toutes celles qui agissent dans ce sens et c’est aussi à nous (pères, compagnons, amis ou proches…) de contribuer à ce que l’égalité, le respect et la considération soient la règle de notre société.

    Répondre

Laisser un commentaire